TRANSFERT

C’EST UNE DIVAGATION DE LA PENSÉE, un dessin comme un gant retourné qui échappe au contrôle, enfin presque. Car sans le rouge, la tension n’est plus là, l’avenir est sans surprise. Exprimer la violence du mental, cette sphère où tout est permis et qui n’a pas toujours besoin de permission pour aller se faire voir, n’est pas aisé. Le carbone est fin comme du papier bible, il se fripe, tache les mains, ménage des zones dans lesquelles s’inscrivent le passé. L’encre est bue, il faut y revenir, monter le noir pour soit un trou et le rouge, une plaie.