MANGROVE

JETÉ D’UN JET, COMME UN CRACHAT, le texte de Christian Sabas à propos de la série « Mangroves » :
Un fugitif raconte… mais ya des plantes, et des plaintes… je suis tragique jusko mort
sur la grande scène du monde où l’être aura tant de mal à se profiler
bien sûr kil fo kiffer ce rouge sang… espérer en tenir un zeste, un brin…
de ce tout petit peu qui nous maintient en travers ces vers, en terre féconde… réserve,
mangrove… zone tampon… vague d’esclaves… échappées belles et but aux trousses…
bottes en transe… bloqués en bas, coincés, serrés, sués
mangrove tenir courir et mots, dire encore… traces flaques de sueurs…
peaux pourries… fleurs écrasées et senteurs vanillées…
mangrove… peur tracas, tourments. racines noyées, hommes crevés…
mangrove flaque… flip… foudroyé…
mangrove, état d’un mal d’une mort annonçée… trop tard traître trahi sur belles plages…
bites écrasées mangées, baise sauvage odorée… jouir fraîcheur, je torturé… joie jamais
mangrove, bête traquée, bite compressée… couilles écrasées… corps fouettés…
vierges déchirées… oreilles décollées, mains moignons… os mignons…
respirer souffler, reprendre repartir… fouet qui claque
mangrove… balle au bond, brute d’amour… bave de haine, mousse de merde…
blanc qui bout, noir qu’on traîne et peaux pourries… corps ensanglantés, cœurs cassés…
pour nourrir la scène… pour mourir là, loque, une bête recroquevillée,
dans l’à tout jamais… devant la bête immonde…
(Juillet 2012)