SAINT-GREG
J’évacue.
la tristesse la nuit
la maladie par les boyaux
le Mexique en nostalgie
À l’Authentik,
les buveurs tentent leur tiercé
sur rythme de bachata.
J’évacue.
Les centimes s’alignent,
les cafés s’avalent sous la lumière jaune,
– 2°C dehors, je pense à lui,
j’ai manqué quelque chose hier soir, mais quoi ?
une marche ? une explication ? un frôlement d’amour ?
J’évacue,
et cette sensation de petite marée intérieure,
qui bouge à peine les brisures de coquillages,
qui vient mourir au lieu d’emporter,
me laisse une journée insurmontablement solitaire.

3°C
alcool de pommes
les doigts gelés sur le coffre de ma voiture sale
le fantasme d’un trio d’enfer
Vous avez mal là ?
Non, j’ai juste mal à l’enfant

SUR LES RIVES
Le comble du chic décontracté : faire sonner sa chevalière sur une assiette de homard Breton,
bouillon perlé, potimarron et raviole vanille (Chef D. Etcheverry pour Le Saison)

Vers la chronique suivante…

27 avril 2015

Laisser un commentaire