FABLES II

LE MODÈLE NE CRISTALLISE PAS SIMPLEMENT « UNE ATTIRANCE DES FORMES ».
Il s’agit en premier lieu d’une personne sur laquelle nous essayons d’agir.
Nous tentons, soit de la garder « en souvenir » – par un phénomène d’appropriation
et de rappel. Ou nous essayons de capter son attention en lui signifiant : – « tu m’intéresses,
et toi ? m’as-tu remarqué ? »
En çà, il n’y a pas de modèle anodin dans le sens étymologique « sans douleur ».
De même grâce à une technique mixte, j’interviens directement sur le modèle en grattant, recouvrant, colorant sa photographie, créant ainsi l’émergence de fables.