AU FOND DU LIT

L’HISTOIRE EST ASSEZ SIMPLE : un homme vit en couple avec une femme
et ils essaient d’avoir un enfant, sans y parvenir. Un jour, l’homme reçoit
un courrier : il est permuté. Il se retrouve dans un nouveau foyer avec
une nouvelle femme qui, elle, a des enfants. Il essaie de retrouver la trace
de son ancienne compagne mais elle a aussi été permutée. Un homme en voiture
de luxe est venu la chercher. Pourquoi ? Le Programme a des visées égalitaires :
« Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres
de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue
le fondement de la liberté et de la justice, le Programme s’est proposé pour but
de marcher plus librement dans la voie du progrès et de la civilisation, d’assurer
une répartition de plus en plus équitable des charges et des avantages de la société,
de faire parvenir tous les citoyens à un degré toujours plus élevé de moralité,
de lumière et de bien-être. Le droit de la famille n’est pas une compétence
stricte de l’état, mais il peut légiférer relativement au droit de la famille
lorsque ce droit a des conséquences sur l’ordre et l’intérêt général. »
Un scénario de SF philosophique qui met en lumière l’amenuisement de la liberté
individuelle au nom du droit à chacun d’avoir un bonheur stéréotypé et équivalent.
Un traitement graphique aquarelle : à lire si on a envie de se poser des questions.
Le plus étonnant – cela me renvoie à mon travail en cours F/M (Flâner/Machine)
– est ce chapitre qui a retenu mon attention « L’origine de la marche à pied ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.